Françoise Lelièvre de la microbrasserie de l’Île d’Orléans

Françoise Lelièvre de la microbrasserie de l’Île d’Orléans
03 Juil 2014

Françoise Lelièvre
IPA belge avec bretts
6,5%
500 ml
Microbrasserie de l’Île d’Orléans

Cette bière m’intrigue énormément… Elle fait partie des saisonnières de la brasserie et, si je ne m’abuse, c’est la deuxième année qu’elle est embouteillée. Ainsi, nous avons un intéressant cocktail sur papier : levure belge, blé, beaucoup de houblons, et brettanomyces. Venant d’une micro qui ne joue pas forcément dans l’originalité la plus crue, c’est encore plus intriguant!

Alors je me lance. La bière est d’un orange foncé difficile à décrire (j’ai le mot « sale » en tête). La mousse, dense, forme un beau collet qui tient bien. Elle laisse une jolie dentelle sur son chemin. Le liquide est assez voilé. Ça sent tellement que j’ai des effluves fruités qui m’arrivent au nez alors que j’écris ces lignes!

Au nez, surprise! Ça sent les fruits tropicaux comme l’ananas et les fruits de la passion. Y aurait-il un houblon comme le citra, le simcoe ou le galaxy dans la confection?

En bouche, ohlàlà c’est très difficile à décrire. La gorgée n’est même pas avalée qu’une bonne acidité vient picoter ma langue. Les fruits tropicaux sont présents, mais plus discrets et rejoints par de nombreux éléments : le citron, l’orange, des notes poivrées et épicées, et une texture particulière de blé en bouche. L’amertume est moyenne et prend le relais en arrière-goût, avec un goût… rustique difficile à objectiver. Elle laisse une importante sécheresse en bouche.

Appréciation générale : C’est un mélange très complexe, cette IPA. Je croyais qu’elle contenait de la brett, mais je ne reconnais pas leur signature caractéristique au nez ou en bouche (difficile à faire avec toutes les saveurs qu’elle contient). Par contre, l’acidité importante laisse présager la présence de lactobacillus. Si vous lisez ce test et avez goûté la bière en question (ET que vous savez ce qu’elle contient!), ça serait gentil de m’en glisser un mot! Pour finir, malgré une complexité louable, elle manque de « drinkability » qui m’incite à me précipiter sur la prochaine gorgée. Ça n’en fait pas une mauvaise bière pour autant, loin de là. Note : 17/20.

Par Manuel Lavoie-April

Note
85 %
share

Manuel Lavoie-April

Originaire de Trois-Pistoles, dans le Bas-Saint-Laurent. Pour tous ceux qui ne savent pas où c’est, simplifions les choses en disant que c’est entre Rivière-du-Loup et Rimouski, sur le bord du fleuve. Je suis présentement médecin-résident en neurologie à Sherbrooke. C’est à l'été 2013 que j’ai fait mes premières armes en bière de microbrasserie avec divers produits de Dieu du Ciel! ou du Trou du Diable. J’adore les IPA, les stouts impériaux et les saisons. J’apprécie tout type de bière, tant que c’est original et/ou bien fait.

Comments

  1. Vraiment original comme bière! IPA et bière acide, je ne croyais pas ça possible et pourtant ça fonctionne à merveille! Belle critique en passant, ça décrit pas mal toute les saveurs que j’y retrouve 😉

Laisser un commentaire

L'amateur de bière
%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Simple Malt Double IPA (O) des Brasseurs Illimités

Simple Malt Double IPA (anciennement «O») IPA américaine 8% alc/vol 750 ml Brasseurs Illimités   Je déguste la O, de la série alphabétique des Brasseurs Illimités, une IPA...

Fermer