Résolutions du nouvel an pour l’amateur de bière

Résolutions du nouvel an pour l’amateur de bière
31 Déc 2017

 

Prendre des résolutions lors du nouvel an, on va être honnête, ça dure rarement! Mais qu’en est-il si on tente d’en appliquer à cette passion (la bière!) qui nous unit tous? Pour faire une histoire courte, nous vous proposons en ce 31 décembre, une petite liste de résolutions spécifiquement pour les amateurs de bières! Évidemment, même si on se permet quelques conseils, nous sommes loin d’être parfaits et nous-même avons encore à mettre en pratiques plusieurs de ceux-ci 😉

 

  1. Retourner visiter ses classiques plus souvent

Suivre les nouveautés qui sortent à un rythme incessant au Québec est très excitant, et je me confesse : je suis le premier à tenter de goûter à peu près tout ce qui se fait peu importe le style ou la brasserie (à quelques exceptions près évidemment 😉 ). En effet, il y a quelque chose de très intéressant, et d’éducatif (tout le monde doit passer par là pour aiguiser son palais après tout), à essayer toutes les nouvelles créations des microbrasseries et de goûter à pleins de trucs nouveaux et éclatés. Par contre, il faut avouer que ce ne sont pas toutes les nouveautés qui en valent vraiment la peine et je crois qu’il est d’autant plus important de parfois revenir aux bons vieux classiques, et cela pour deux raisons. La première est égoïste : une Yakima du Castor ou bien une Péché Mortel de Dieu du Ciel!, on s’entend que c’est toujours délicieux et très agréable à déguster et à redécouvrir. La seconde raison (qui est probablement la plus importante) : encourager les microbrasseries que l’on apprécie à continuer de brasser les bières qui selon nous en valent la peine. Si vous adorez la Gaspésienne No. 13 de Pit Caribou par exemple, et que plusieurs amateurs de bières pensent comme vous et se la procurent régulièrement, cela envoie un message clair à la brasserie de continuer à brasser cette bière.

 

  1. Lire et apprendre sur la bière

Il y a tellement de belles ressources sur ce sujet présentement (des livres, des journaux spécialisés comme le Bières et Plaisirs, des blogues, des groupes Facebook…) alors pourquoi s’en priver? C’est également en en connaissant plus sur ce breuvage fascinant que l’on apprend à mieux l’apprécier : d’où provient ce type de bière? Qu’est-ce qui apporte cette saveur? Pourquoi possède t’il telle ou telle caractéristique? Comment devrais-je le servir pour obtenir une expérience de dégustation optimale?

 

  1. Ouvrir ses horizons

C’est essayer des styles de bière que l’on connait moins de temps en temps et qui sont un peu dépaysants pour nous. Une Altbier ou une Koduolu, par exemple, peut sembler bien banale au Québec en ce moment si on est exclusivement amateur de NEIPA et de bières sures. Pourtant en lisant un peu sur les styles en question et en tentant de les découvrir à leur juste valeur, on peut s’ouvrir à de tous nouveaux mondes et à de tous nouveaux sens (qui peuvent être déstabilisants au départ parfois, je vous l’accorde!), ce qui à mon avis est l’objectif premier de la dégustation de bière. Je vous dis «de rien» à l’avance!

 

  1. Apprendre à apprécier les styles de bières plus délicats

Une Pilsner tchèque, une Bitter anglaise, une Saison belge typique… tous des styles de bières qui ne font pas dans la démesure et la puissance des différentes NEIPA ou Stouts impériaux barriqués plus en vogue présentement. Pourtant, ce sont des styles qui sont en soit très intéressants, complexes à leur façon et qui souvent jouissent d’une très grande buvabilité. Il n’y a pas que le houblon qui est un ingrédient goûteux et intéressant, au contraire. Le malt, la levure ou même l’eau parfois peuvent créer des nuances délicieuses et très intéressantes à décortiquer lorsqu’on s’y attarde un peu. De plus, il y a une immense différence entre une bière «fade ou insipide» et une bière «aux saveurs délicates et à l’équilibre parfait», chose qui parfois peut être confondue si on en connait trop peu sur certains styles de bières qui font plus dans les nuances comme ceux qui sont mentionnés précédemment. Encore une fois, des mondes de saveurs à découvrir et explorer.

 

  1. Ne pas comparer des produits différents

MalbordpagoneVous préférez la Boréale IPA du Nord-Est des Brasseurs du Nord à la Pagon du Malbord? Vous avez entièrement le droit! Par contre, les comparer sur le même pied d’égalité est un peu injuste lorsqu’on sait que la première est une NEIPA et la seconde une IPA d’inspiration anglaise. Toutes deux sont très bien réalisées dans leur style respectif et méritent d’être appréciées selon ceux-ci justement. Et souvenez-vous toujours qu’un style de bière n’est pas meilleur qu’un autre car il possède un profil de saveurs plus complexe ou plus puissant, cela est totalement subjectif et n’en tient qu’aux préférences personnelles de chacun.

 

  1. S’offrir le meilleur environnement de dégustation qui soit

Chez soi, assis confortablement et calmement dans sa pièce préférée, accompagné de copains de dégustation, dans un verre adéquat, à la température adéquate… Tant qu’à se procurer de la bière de qualité, autant s’offrir les meilleures conditions qui soient pour apprécier le produit à sa juste valeur! Prendre le temps de déguster et d’identifier les flaveurs d’un breuvage, c’est là le cœur de la dégustation, et possiblement la partie la plus agréable! C’est certain que si on boit (j’utilise bien ici le verbe «boire» et non «déguster») une bière «on the go» en faisant autre chose qui capte plus notre attention et sans suffisamment se concentrer sur le produit que l’on a entre les mains, nos impressions peuvent être biaisées (positivement ou bien négativement) et par la suite être communiquées de façon un peu biaisée à d’autres amateurs de bière lors d’une discussion en face à face ou bien sur les réseaux sociaux. Ce qui me mène au prochain point…

 

  1. Parler de ses dégustations, partager ses découvertes

Déguster avec de bons amis ou entre amateurs, c’est l’idéal, et vraiment la partie la plus plaisante! On apprend d’autant plus beaucoup plus rapidement en partageant ses impressions. En discutant sur une bière que l’on boit simultanément, on peut découvrir des saveurs qu’un ami a identifié et qui nous avaient échappées. Et s’il nous arrive de découvrir un petit bijou lors d’une séance de dégustation en solitaire, partager la bonne nouvelle à ses amis amateurs est une autre façon de faire découvrir autre chose à ses partenaires de bière qui à leur tour nous ferons part de leurs trouvailles. Et puis partager ses bières (au sens propre du terme), ses trouvailles en magasins spécialisés, ses raretés, ses découvertes qu’on rapporte de voyage… On ne le fait jamais assez (et ça rapporte beaucoup de points de beer karma 😉 )!

 

  1. Se concentrer sur le positif, pas le négatif

Cette résolution pourrait s’appliquer à bien des choses dans la vie… Il semble malheureusement que plusieurs amateurs de bière préfèrent parler des moins bons coups et des soi-disant défauts que l’on retrouve chez différentes bières au lieu de louanger leurs bières préférées et leurs plus récentes trouvailles. C’est bien correct, et parfois c’est nécessaire, mais on va se le dire, la seconde option est beaucoup plus constructive. Il est d’autant plus beaucoup plus utile d’encourager ses microbrasseries préférées que de cracher sur celles que l’on apprécie moins, d’autant plus que tous les goûts sont dans la nature et que quelque chose d’aussi subjectif que l’appréciation d’une bière n’est définitivement pas une chose qui est partagée de la même façon par tous. D’où l’importance d’utiliser des formules comme «je n’ai pas aimé» plutôt que «c’était dégueulasse». Comme dans n’importe quoi, la politesse devrait être de mise, il faut toujours se rappeler que derrière chaque produit il y a un artisan qui travaille fort.

 

  1. Avoir du plaisir

C’est la clé en dégustation comme dans n’importe quoi! À quoi bon faire quelque chose si on n’en retire pas de plaisir? Bref, malgré mes recommandations dans cet article (qui se veulent malgré tout un peu humoristiques et caricaturales!) vous faites bien ce que vous voulez pour rendre cette activité de la dégustation la plus plaisante pour vous 😊

 

Le mot de la fin

Pour terminer, bonne et heureuse année! Encore merci mille fois de nous suivre dans nos découvertes microbrassicoles et nous espérons que vous avez autant de plaisir que nous! Santé!

 

Simon

share

Simon Rioux

Je suis originaire de Trois-Pistoles (oui comme la bière!) dans le Bas-Saint-Laurent, tout comme mes deux comparses. Je suis présentement étudiant en anthropologie à l'université. Mes premières expériences avec la bière de dégustation ont été avec celles que l'on retrouve à la SAQ. Les styles que j’affectionne le plus sont les Stouts, les Saisons, les IPA, les Barleywines, etc. J’aime bien ce qui est intense au niveau des saveurs, tout en ayant un faible envers ce qui est bien équilibré, mais je suis très ouvert et j’aime découvrir tout ce qui se fait peu importe le style. La plupart du temps, j’essaie de goûter à toutes les nouveautés qui s’offrent à moi.

Laisser un commentaire

L'amateur de bière
Lire les articles précédents :
Revue de l’année 2017 du monde microbrassicole québécois

  On se retrouve encore une fois à ce moment-ci de l’année, à observer l’évolution qu’a subi le monde microbrassicole québécois dans la dernière année. Et on sait...

Fermer