Revue de l’année 2017 du monde microbrassicole québécois

Revue de l’année 2017 du monde microbrassicole québécois
30 Déc 2017

 

On se retrouve encore une fois à ce moment-ci de l’année, à observer l’évolution qu’a subi le monde microbrassicole québécois dans la dernière année. Et on sait que tout se passe très très rapidement, avec toutes ces nouvelles microbrasseries qui ouvrent leurs portes semaines après semaines, avec toutes ces nouveautés et ces tendances qui s’enchaînent à un rythme de plus en plus fulgurant (et difficile à suivre on va se le dire!)… Bref, je vous propose ma lecture de l’année 2017 concernant les avancées, les bons coups, les microbrasseries qui ressortent du lot, les événements marquants… N’hésitez surtout pas à nous partager vos coups de cœur de l’année sur la page Facebook ou encore dans la section «commentaires» sous cet article. Débouchez-vous une bonne bière et c’est parti!

 

  1. Les microbrasseries qui sont sur une bonne lancée

  • Pit Caribou

La microbrasserie Pit Caribou est définitivement celle qui remporte la palme de la meilleure lancée de l’année selon moi. Tout au long de 2017, des Bottle Release ont eu lieu chez certains détaillants spécialisés. Il en est ressorti de petits bijoux comme la Neuvain, la B Rouge, la Belle Anse, l’Anse du Nord, l’Essai 1248 (nous n’avons malheureusement pas eu accès à quelques-unes de ces dernières). Plusieurs autres nouveautés, plus intéressantes les unes que les autres, comme la Session IPA de Lesseps, la Pointe-Jaune, la Flore du Québec, l’Arlequin (etc.) ont également vu le jour cette année avec une bonne distribution et disponible en assez grande quantité qui plus est. Comme si ce n’était pas assez, c’est grâce aux démarches du brasseur que la fermentation spontanée a été rendue légale dans la province cette année (mais on y reviendra un peu plus loin)… C’est un parcours honnêtement assez impressionnant avec le recul si on se rend compte que tout ça s’est passé dans l’espace de 12 mois. Difficile de faire mieux!

 

  • Maltstrom 

La microbrasserie Maltstrom, qui était déjà assez en vue dans la deuxième moitié de 2016, a encore une fois été très populaire en 2017, tellement qu’ils ne suffisent pas à la demande! Des bières comme la IXXPL, la IXPL Brett Barrel Aged, la Comme un jardin sous acide ou bien la Sept Carré (toutes des bières dont nous n’avons pas eu accès malheureusement) ont engendrées la folie chez les amateurs, si bien que des files d’attentes se sont formées lors de leurs Bottle Release, ce qui est un signe qui parle quand même beaucoup!

 

  • La Souche

Avec la nouvelle brasserie ouverte à Stoneham ainsi que le début de l’embouteillage et de la distribution, la Souche a le vent dans les voiles! Des bières comme la Jackie Dunn, la Saint-Charles ou la Canardière, parmi d’autres, sont toutes très bien réalisées dans leur style respectif. Nous avons bien hâte de goûter à tous les produits qu’ils continueront à sortir prochainement!

 

  • Vox Populi 

La microbrasserie Vox Populi, déjà populaire en 2016, poursuit sur cette lancée. Les déjà classiques Anna ou Double Fruit Punch IPA côtoient désormais d’autres délicieux classiques en devenir : la Vox Pop IPA, le Vox Stout, la Kettle Sour Brunch… Continuez le bon travail!

 

  • Lagabière 

C’est avec la Ta Meilleure et la Ta Plus Meilleure principalement que Lagabière a pu se démarquer cette année (malgré plusieurs autres très bonnes bières, je tiens à le mentionner). Dans le créneau des NEIPA, la nouvelle version de la Ta Meilleure en cannette a frappé très fort. Sa grande disponibilité y est aussi pour quelque chose dans son succès je crois.

 

  1. Nos microbrasseries coups de cœur 

 

  • Vrooden

Je le répète sans cesse car (étonnamment) ça semble toujours être un secret bien gardé, la microbrasserie Vrooden située à Granby excelle dans styles allemands! On n’a qu’à penser à la Weizen, la Kölsch, la Schwarzbier, la Altbier (etc.) qui sont tous des exemples classiques de ces styles mais qui possèdent l’équilibre et l’élégance de véritables bières germaniques. Oubliez un instant les Stouts impériaux et les NEIPA (bien qu’encore là dans un créneau similaire le Milk Stout et la Milkshake IPA de Vrooden ont frappé fort aussi!), au Québec, on a rarement vu aussi bien réussi à ce niveau. Des bières extrêmement bien réalisées et qui font voyager, tout simplement! À découvrir au plus vite si ce n’est pas déjà fait!

 

  • Auval 

Bien qu’Auval ait sorti peut-être un peu moins de nouveautés cette année, il serait impossible de ne pas en parler dans une section «coups de cœurs». En effet, chaque bière qui sort de cette brasserie s’avère être un succès instantané. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié entre autres cette année la Trifolium et la Gaspésie Sauvage, deux superbes nouveautés rustiques et sauvages. Lorsque la qualité arrive pratiquement toujours à surpasser les attentes, je crois que l’on peut commencer à parler de brasserie talentueuse!

 

  • Shelton

Les bières en cannettes de Shelton sont arrivées sur les tablettes au courant de l’année 2017 et je crois qu’elles ont pu se démarquer parmi le lot de nouveautés. La NEIPA a été très appréciée mais je tiens également à souligner la Saison Sure Houblonnée qui est vraiment bien réussie également!

 

  1. Les tendances

 

  • NEIPA et autres déclinaisons des plus aromatiques

Bien qu’elles existaient déjà ailleurs depuis quelques temps, c’est vraiment en 2017 que les NEIPA se sont répandues au Québec. On voyait déjà la tendance s’accentuer dans la deuxième moitié de 2016 avec les IPA des Trois Mousquetaires, Nordet d’Auval, Cyclope Thêta de Dunham et compagnie. Par contre, en 2017, une tonne de brasseries a emboîté le pas, on pense à la Boréale IPA du Nord-Est (qui fût probablement le plus gros hype de 2017, et avec raison). Cette tendance chez les IPA américaines de la côte est mettent un peu de côté l’amertume du houblon au profit de ses propriétés plus aromatiques. Une robe bien trouble, «hazy», et une texture onctueuse sont également deux des caractéristiques essentielles du style.

Malheureusement, comme les NEIPA sont très à la mode en ce moment, plusieurs interprétations québécoises sont plus ou moins fidèles aux caractéristiques des NEIPA, rendant le style dans la province un peu confus. Heureusement, de l’autre côté, plusieurs interprétations sont aussi vraiment délicieuses et bien réussies. Je pourrais nommer à titre d’exemples la Ta Meilleure (en cannette) de Lagabière, la Vox Pop IPA de Vox Populi, la Boréale IPA du Nord-Est des Brasseurs du Nord, parmi tant d’autres.

Un des «problèmes» du style (si c’en est réellement un) et que le consommateur averti se doit de comprendre, c’est que les NEIPA sont bien souvent produites en petites quantités et distribuées en petites quantités. La raison est simple : les brasseries se garantissent que toutes leurs bouteilles ou cannettes partiront rapidement s’assurant ainsi de la fraîcheur de leurs produits qui, disons-le, sont extrêmement fragiles. Il est aussi à noter que les NEIPA se doivent d’être bues les plus fraîches possibles, les propriétés aromatiques du houblon se volatilisant beaucoup plus rapidement que dans une IPA américaine plus standard et moins aromatique justement par exemple.

Nordet IPAUne tendance qui découle des NEIPA est d’ajouter des fruits dans la bière, ce qui viendra accentuer encore plus les flaveurs fruitées qu’apportent déjà les houblons. Un bon exemple de cette pratique est la Ta Plus Meilleure de Lagabière, une Double NEIPA qui contient des fruits de la passion (semblerait-il que de plus récentes versions contiendront différents fruits). Des critiques provenant d’amateurs d’IPA plus costaudes et amères, décriaient le fait qu’on se rapprochait de plus en plus du jus de fruit. Personnellement, je dirais que les NEIPA (bien réalisées) n’ont absolument rien d’un jus de fruit excepté leur très grande buvabilité! Je trouve qu’elles ont même apporté un vent de fraîcheur dans le monde des IPA en nous faisant goûter le houblon sous toutes ses facettes et dans toute sa splendeur aromatique (et pas uniquement par son amertume résineuse ou ses saveurs d’agrumes comme ça peut être le cas chez les West Coast, attention : j’adore aussi les West Coast IPA lorsqu’elles sont bien réalisées!).

Une autre tendance récente au Québec est l’ajout de lactose dans les IPA (d’inspiration NEIPA souvent) afin d’obtenir une texture bien onctueuse qui accentue encore plus le côté soyeux des NEIPA, habituellement créé par la présence d’une petite proportion d’avoine ou de blé.

 

  • Une bière de microbrasserie sans alcool

La microbrasserie le BockAle a fait fureur cette année (avec plusieurs de ses bières oui mais…) surtout avec la Découverte, une IPA sans alcool, qui est probablement la première bière de microbrasserie sans alcool à avoir été produite et distribuée à grande échelle. Et sans dire qu’elle rivalise avec les meilleures IPA de la province, il s’agit tout de même d’une très belle bière, assez satisfaisante, si on la compare à ce qui se fait d’autre dans le sans alcool. C’est définitivement un bel ajout dans ce créneau, le marché est là en tout cas, il ne reste plus qu’à l’exploiter!

 

  • Y’a un release, on va faire la file?

L’image contient peut-être : 1 personne, marche et plein air

Source de la photo : page Facebook de Capsules Bière – l’Axe du Malt

Bien que ce phénomène était déjà présent ailleurs en Amérique (avec la fameuse Heady Topper de The Alchemist au Vermont il y a quelques années ou bien chez les brasseries Trillium et Tree House dans le coin de Boston un peu plus récemment par exemple), c’est vraiment dernièrement que l’on a pu observer au Québec des files se former lors de releases de bières entourées d’un grand hype : lorsqu’Auval débarque en ville, lors du premier release de la Boréale IPA du Nord-Est cet été, lors des releases chez Maltstrom… Sans affirmer que c’est bien ou pas, c’est tout de même un phénomène qui démontre ce à quoi les amateurs sont prêts pour mettre la main sur la saveur du moment, disponible en quantité limitée.

 

  • La régionalisation des microbrasseries

Une autre tendance qui est de plus en plus observée est la régionalisation ou la localisation des microbrasseries, le fait de produire en petite quantité et de distribuer principalement dans la région où est située la microbrasserie. Encore une fois, Auval est un excellent exemple de cela mais on pourrait également parler ici de microbrasserie comme Sutton Brouërie, Maltstrom, Tête d’Allumette, Microbrasserie Tadoussac, etc.

 

  • L’ouverture incessante des microbrasseries

Dans les dernières années, un tas de microbrasseries a ouvert ses portes mais je crois que ce n’est rien comparé à 2017. Cette année, l’ouverture de nouvelles microbrasseries s’est effectuée semaine après semaine à un rythme effréné, voir impossible à suivre. Je crois que l’on pourrait même parler d’année record pour les ouvertures de microbrasseries. Pour le consommateur ça augure en tout cas du très bon en ce qui concerne la qualité des produits qui nous seront offerts dans les prochaines années grâce à cette compétition qui s’installe peu à peu!

 

  1. Les événements marquants ou faits dignes de mention

 

  • La fermentation spontanée

La légalisation de la fermentation spontanée au Québec est certainement un des gros coups de l’année et quelque chose que je considère même historique dans le monde microbrassicole québécois. Grâce au brasseur de Pit Caribou, il est désormais permis pour les brasseries québécoises de faire fermenter leur bière à l’air libre (en suivant un certain nombre de règles tout de même) à la manière des brasseurs de Lambics dans la vallée de la Senne en Belgique. La Perséides de Pit Caribou, sortie cet automne en quantité très limitée a été un premier test assez concluant. Espérons que de plus en plus de brasseries québécoises enchaînent le pas dans les prochaines années!

 

  • La sortie en cannette de la Boréale IPA du Nord-Est 

On en a parlé un peu précédemment mais il faut avouer que les Brasseurs du Nord ont créé tout un phénomène cette année avec leur Boréale IPA du Nord-Est! Lors du premier Release à la brasserie, une filée de gens s’est formée puis les quantités se sont écoulées en quelques heures. Puis par la suite, même si elle fût commercialisée à plus grande échelle, les amateurs du style en profitent toujours pour faire le plein. Honnêtement c’est un très bon coup et les Brasseurs du Nord semblent définitivement sur la bonne voie pour reconquérir le public microbrassicole un peu plus beer-geek qu’ils avaient délaissé au courant des dernières années. Et malgré le fait que certains puissent trouver lassant de toujours voir passer cette bières sur les réseaux sociaux dernièrement, il faut lui reconnaître qu’elle est définitivement l’une des mieux réussies (sinon LA plus réussie), des plus fidèles aux style, chez les NEIPA au Québec.

 

  • Fermeture du kiosque d’Auval en août

Victime de son succès, Auval a du fermer son kiosque pour quelques jours/semaines dans le mois d’août dernier, étant donné qu’il ne restait plus de bière à vendre après avoir baissé peu à peu les limites de bouteilles possibles à acheter sur place. On a peut-être entendu parler unn peu moins de la micro cette année comme il semble y avoir eu moins de distribution dans les grands centres mais il est évident que le nom d’Auval est encore sur les lèvres de plusieurs amateurs de bières. D’un côté, je crois aussi qu’il s’agit d’un des objectifs de la brasserie d’attirer du tourisme en Gaspésie alors là-dessus, c’est réussi!

 

  • L’acquisition de Trou du Diable par Molson Coors 

Ce fût probablement l’une des nouvelles les plus frappantes de l’année! On entendait souvent des rumeurs à cet effet mais c’est finalement en novembre dernier que Molson Coors a acquis la microbrasserie Trou du Diable (excepté le pub). Les opinions divergent quant à cet événement qui ne fait pas l’unanimité parmi les consommateurs et les gens du milieu. Je ne tiens pas à mentionner mon opinion sur le sujet comme il s’agit ici plus d’une revue de l’année mais en finissant je dirais que c’est vraiment le futur qui nous démontrera ce qui attend Trou du Diable et ce que la brasserie aura à nous offrir!

 

  1. Les nouvelles microbrasseries à surveiller

 

Cette nouvelle brasserie sera opérée par l’ancien brasseur des Trois Mousquetaires, qui semblait être un des acteurs créatifs de cette brasserie. De notre côté on suit ce projet de près et on s’en reparle l’an prochain!

 

L’image contient peut-être : boisson

Source de la photo : page Facebook de Microbrasserie Cap Gaspé Craft Brewing Co.

Cette jeune entreprise située à Gaspé semble également offrir des produits prometteurs. Ils seront d’abord plus centrés sur la région, j’imagine qu’il faudra donc se déplacer en Gaspésie pour déguster quelques-uns de leurs produits! Ils ont d’ailleurs sortis leur gamme de bières régulières, disponibles uniquement à la brasserie, tout juste avant Noël.

 

Bien qu’encore une fois cette brasserie semble viser le marché local pour commencer (Côte-Nord, Bas-Saint-Laurent, Gaspésie…), les premiers brassins sont prometteurs alors on suit également ce dossier de près!

 

Voilà une autre brasserie qui a commencé l’embouteillage et la distribution cette année, avec de très beaux produits. Pour ma part j’ai adoré leur Saison mais l’ensemble de l’œuvre est très bien également et vaut la peine d’être découverte. Poursuivez le bon travail!

 

Aucun texte alternatif disponible.

Source de la photo : page Facebook de Brasserie Alpha

Cette brasserie qui n’est pas encore ouverte (mais dont l’ouverture est prévue pour 2018) sera située à Québec. Spécialisée exclusivement dans les bières bien houblonnées, nous croyons que c’est un créneau qui a beaucoup de potentiel en ce moment au Québec, surtout si c’est uniquement là-dessus que se concentrera la Brasserie Alpha. On vous encourage pour le moment à suivre leur page Facebook sur laquelle vous pourrez voir le branding qui est déjà réalisé. Bon succès aux gens qui sont derrière ce projet!

 

Conclusion

Ce n’est pas une surprise pour personne, le monde microbrassicole est en constante évolution et croît à un rythme extrêmement rapide. Si vous ne me croyez toujours pas, je vous invite à aller consulter la revue de l’année 2016 pour constater les différences! D’un point de vue d’amateur de bière, tout ça est très excitant et stimulant! On se donne rendez-vous l’année prochaine pour une autre revue, gageons qu’il y aura encore plusieurs changements et avancements dans ce monde passionnant!

 

Joyeuses fêtes encore une fois et profitez-en pour continuer à faire un tas de découvertes brassicoles!

 

Simon

share

Simon Rioux

Je suis originaire de Trois-Pistoles (oui comme la bière!) dans le Bas-Saint-Laurent, tout comme mes deux comparses. Je suis présentement étudiant en anthropologie à l'université. Mes premières expériences avec la bière de dégustation ont été avec celles que l'on retrouve à la SAQ. Les styles que j’affectionne le plus sont les Stouts, les Saisons, les IPA, les Barleywines, etc. J’aime bien ce qui est intense au niveau des saveurs, tout en ayant un faible envers ce qui est bien équilibré, mais je suis très ouvert et j’aime découvrir tout ce qui se fait peu importe le style. La plupart du temps, j’essaie de goûter à toutes les nouveautés qui s’offrent à moi.

Comments

  1. Belle revue. Bravo !

  2. Harricana fait pas parti du lot ?

    • Nous n’avons malheureusement pas eu la chance de goûter à plusieurs de leurs bières mais effectivement Harricana fait partie des microbrasseries très prometteuses! On va essayer de remédier à ça cette année 😉

Laisser un commentaire

L'amateur de bière
%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Saison Llupol de la Brasserie du Bas-Canada

Saison Llupol Saison houblonnée 7,2% alc/vol 500 ml Brasserie du Bas-Canada   La Saison Llupol de la Brasserie du Bas-Canada est quant à elle une Saison qui a...

Fermer