Revue de l’année 2020 dans le monde microbrassicole québécois

Revue de l’année 2020 dans le monde microbrassicole québécois
31 Déc 2020


Introduction 


2020. Toute une année… Par où commencer? J’aimerais pouvoir parler de bière uniquement en faisant fi de la pandémie mais c’est malheureusement impossible cette année. À la fois mouvementée et chaotique, mais aussi bizarrement calme et monotone pour certains en périodes de confinement, cette année 2020 aura su nous surprendre à tous les niveaux. Avec le télétravail et le confinement (si ça a été votre situation évidemment), on a eu du temps pour déguster de bonnes bières et les microbrasseries québécoises n’ont pas chômées pour satisfaire nos besoins.

Dès le mois de mars dernier, on nous a rapidement encouragé à consommer des produits locaux, chose qui a potentiellement été positive pour l’industrie microbrassicole malgré les nombreux désagréments causés par la pandémie. La période estivale, pendant laquelle le virus a été un peu plus calme, semble également avoir été bénéfique pour les microbrasseries de certaines régions. Différents moyens ont aussi été mis en œuvre par les microbrasseries, restaurants et boutiques spécialisées afin de faciliter l’accès à leurs produits pour les amateurs comme des systèmes de livraisons ou de commande à distance. Il faut savoir se réinventer! Quoi qu’il en soit, en tant que dégustateur, notre attention a été tournée entièrement vers les bières québécoises dans une situation où il était moins possible d’avoir accès à des bières d’ailleurs.

Je tiens avant tout à remercier chaleureusement tous les artisans et travailleurs de ce milieu (en microbrasseries, restaurants, boutiques spécialisées, etc.) qui ont su se dépasser semaine après semaine pour nous offrir de merveilleux produits, dans un contexte qui n’est vraiment pas facile. Vous ne sauvez peut-être pas des vies mais vous faites un sacré bon boulot et on ne vous le dit pas assez souvent!

Comme à chaque année, je rappelle que cette revue ne se veut pas nécessairement exhaustive et qu’elle relève simplement de mes avis et réflexions en tant qu’observateur de la scène brassicole et amateur de bière. Notez aussi que j’habite présentement au Bas-Saint-Laurent alors mon point de vue est nécessairement teinté par cette position. Bonne lecture!


1. Les microbrasseries qui ressortent du lot


Messorem Bracitorium 

Malgré que l’ouverture de Messorem Bracitorium ait eu lieu en 2019, ce n’est seulement qu’en 2020 que j’ai pu mettre la main sur quelques-uns de leurs produits comme il n’y a aucune distribution. Dans le créneau des NEIPA entre autres c’est une très belle découverte : on retrouve des bières typées, goûteuses et qui se démarquent. Bien que cette « signature » verte/« green »/piquante/« hop burn » ne plaise pas à tous, je crois que l’on peut tout de même affirmer que Messorem Bracitorium est l’une des microbrasseries les plus « hypée » et appréciée par les amateurs de bière ces dernières années.


Brasserie du Bas-Canada

Même si elle est assez jeune également, cette microbrasserie est en activité depuis déjà quelques années et l’engouement qui entoure ses produits ne démord pas. On est encore une fois centré ici sur les styles populaires du moment (NEIPA, Pastry Stouts, bières sures fruitées, etc.) mais ceux-ci sont définitivement parmi les plus réussis dans la province. Leurs multiples releases en ligne de cette année dont les produits s’écoulaient en moins de quelques minutes démontrent bien l’enthousiasme des amateurs à l’égard des bières de la Brasserie du Bas-Canada. La création d’une plus grande usine de production a également été annoncée récemment… que de bonnes nouvelles!


BreWskey

Avec les deux microbrasseries précédentes, je crois qu’on a ici la Trinité des jeunes microbrasseries populaires au Québec. BreWskey s’est rapidement démarquée par ses ajouts d’ingrédients inusités et sa tendance à « cupcake-iser » les bières. Les séries de Brew Juice et Brew Cake démontrent bien leur savoir-faire dans ce créneau, probablement encore inégalé au Québec. Je n’ai pas goûté beaucoup de leurs produits pour être honnête (comme il n’y a encore une fois aucune distribution) mais tous ceux auxquels j’ai eu accès étaient très bien réussis. Ma première Smoothie Sour de leur part m’a vraiment marqué, négativement au premier abord, mais j’ai finalement appris à apprécier le style!


Siboire

La microbrasserie Siboire existe depuis maintenant plusieurs années mais elle s’est vraiment surpassée cette année à mon avis. Leurs bières d’inspiration New England entre autres sont très bien réussies.


Emporium

J’adore cette microbrasserie depuis ses tout débuts mais je crois que c’est vraiment cette année, avec la distribution de leurs produits en canettes, qu’ils ont réussi à se forger une bonne réputation dans toute la province. Leurs bières que j’ai pu découvrir cette année étaient pour la plupart très intéressantes!


La Grange Pardue

La plupart des produits de la Grange Pardue que j’ai pu goûter étaient vraiment bien réussis dans leur style respectif. On est bien sûr sur des styles un peu moins en vogue (Saisons, Lagers…) mais à mon avis leurs bières valent vraiment la découverte! 


Brasserie Générale 

Brasserie Générale a vraiment beaucoup évolué depuis ses débuts… de manière très positive! Cette année, ils nous arrivent avec des produits en vogue (et vraiment bien réussis) et organisent des Releases. Le futur est prometteur pour BG!


Enfin, voici quelques microbrasseries que je n’ai pas eu la chance de beaucoup explorer (pas du tout pour certaines) et qui semblent très bien tirer leur épingle du jeu (je me promets de m’intéresser à leurs produits plus attentivement en 2021!) :

Barrabas, Sir John, 5e Baron, Le Ketch, L’Amère à Boire… et probablement plus encore!


2. Les tendances et événements marquants


Consommer local 

Tel que mentionné précédemment, on nous a rapidement encouragé à acheter local en début de pandémie, une chose qui n’a pas pu nuire au mouvement mais qui je crois n’est vraiment pas l’unique cause. L’achat local était déjà une tendance bien en marche même avant la pandémie. En ces temps de confinement, où les déplacements sont déconseillés, l’achat de bière québécoise va de soi. Plusieurs amateurs de bière ont également décidé d’encourager spécialement leur microbrasserie à proximité (sur une échelle encore plus petite du local). Espérons que ce soit une tendance qui perdure. En autant que les brasseurs québécois continuent de s’améliorer en visant la meilleure qualité possible, ils rivaliseront toujours avec les bières d’ailleurs.


Des ingrédients locaux

L’autre versant de la consommation locale : l’utilisation d’ingrédients produits localement. C’est une autre tendance qui était déjà en marche avant la pandémie mais qu’on a vu encore une fois s’accentuer au cours de l’année. L’apparition de laboratoires pour les levures, d’houblonnières qui produisent du houblon de qualité et de malteries qui diversifient leur offre, les microbrasseurs n’ont plus qu’à emboîter le pas (à condition que la qualité soit toujours croissante évidemment). Il va de soi que brasser des bières avec des ingrédients plus locaux a un impact moins néfaste sur l’environnement, en plus de nourrir l’économie locale, que de toujours s’approvisionner par exemple en houblons venus de l’étranger pour produire la toute nouvelle NEIPA « hypée ». La mise en valeur des herbes, plantes, fleurs et autres épices indigènes du Québec est également une autre voie que les microbrasseries explorent de plus en plus.


NEIPA, Smoothie et Pastry Stout

Ces trois styles de bières sont définitivement les trois grandes tendances du moment au Québec. On en parle beaucoup sur les réseaux sociaux mais ultimement, et ironiquement, ce ne sont pas nécessairement les styles qui se retrouvent le plus souvent sur les tablettes des détaillants spécialisés, même à l’heure actuelle. À l’exception des NEIPA, dont la qualité croît constamment et dont le nombre est de plus en plus important dans la province, les Smoothie Sours et les Pastry Stouts demeurent bien souvent des raretés de Release disponibles uniquement directement chez une poignée de microbrasseries. Vu la popularité de ces styles, j’imagine qu’ils sauront se démocratiser dans le futur, on voit déjà quelques Pastry Stouts produits en plus grande quantité chez certaines microbrasseries par exemple!


La « cupcake-isation » de la bière

Il y a quelques années, les Coureurs des Boires nous parlaient dans cet article de ce phénomène, qui n’est à mon avis arrivé au Québec que cette année, d’une façon un peu plus marquée que par le passé du moins. Je crois que cette « cupcake-isation » réfère surtout au fait d’ajouter des ingrédients sucrés aux brassins de sorte à ce que les bières goûtent essentiellement le gâteau ou le jus de fruit par exemple. Dénaturer la bière en lui donnant des airs de dessert. Les trois styles de bières à la mode dont je parlais précédemment sont bien souvent assez sucrés et leurs saveurs proviennent essentiellement de leurs aromates : les houblons aromatiques pour les NEIPA (et parfois des fruits), la purée de fruit pour les Smoothies et les ingrédients sucrés (vanille, chocolat, pâtisseries…) pour les Pastry Stouts. Plusieurs goûtent donc autre chose que le malt ou la levure (deux éléments qui sont des ingrédients de base et qui sont habituellement associés aux saveurs de la bière). Détrompez-vous, il n’y a selon moi rien de mal à cela puisque ce sont des styles de bière qui ont leur place sur le marché je crois (surtout vu l’engouement), bien que je trouve un peu triste que certains amateurs semblent de plus en plus ne jurer que par ce genre de produit. La bière nous a toujours proposé un monde de saveurs et j’encouragerai toujours les amateurs à tenter d’apprécier et apprivoiser la panoplie de styles que les brasseurs peuvent nous proposer.


La diversité parfois laissée de côté au profit de l’uniformité 

Pour poursuivre sur mon idée précédente, je trouve dommage d’observer cette homogénéisation des tendances qui semble se créer peu à peu. Certaines microbrasseries roulent pratiquement uniquement sur des déclinaisons d’une même recette : des NEIPA avec différents houblons, des Smoothies avec différents fruits… Un autre exemple : la texture dense et crémeuse des Pastry Stout est maintenant devenue la norme. Combien de fois aies-je lu des commentaires disant qu’un Stout plus typique était « trop mince » alors qu’il correspondait tout à fait aux caractéristiques de son style, et qu’on n’y aurait vu aucun problème il y a de ça quelques années à peine. Est-ce que tous les Stouts ne doivent pas être épais? Est-ce que toutes les IPA devraient être des NEIPA? Ces styles fonctionnent très bien, et sont délicieux, définitivement, moi-même j’adore ces styles de bière. Mais je trouve parfois ces tendances un peu redondantes (certaines bières sont quasiment identiques). Il y a autre chose aussi, d’autres styles un peu mis de côté présentement qui mériteraient tout autant d’être appréciés à leur juste valeur.


Des bières houblonnées de qualité

Sur une note plus positive, je crois que nous n’avons officiellement plus besoin d’aller aux États-Unis pour avoir accès à des bières houblonnées de qualité. Ça tombe bien car il n’est pas vraiment conseillé de voyager présentement de toute façon! En plus des microbrasseries bien reconnues (Bas-Canada, Messorem, etc.), les bonnes NEIPA se répandent partout dans la province, si bien que chaque région ou presque à une ou plusieurs microbrasseries qui sont devenues des références en la matière.


La montée de la bière sans alcool

Bien que ce ne soit pas un créneau que j’aie vraiment exploré (ayant été déçu à maintes reprises par le passé), il y a maintenant un plus grand choix que jamais de bières sans alcool au Québec, locales ou importées. Les amateurs de bières sans alcool, ou encore les amateurs de bières qui ont parfois besoin d’une pause, sont donc choyé présentement. J’imagine que c’est une tendance qui sera bien établie dans les prochaines années.


Le renouvellement des microbrasseries plus âgées

Plusieurs microbrasseries sur lesquelles les amateurs levaient le nez il y a de ça quelques années à peine ont depuis subies une transformation incroyable. Je pense par exemple à des microbrasseries comme la Barberie, Brasserie Générale ou encore la microbrasserie Nouvelle-France qui n’étaient plus très populaires il n’y a pas si longtemps et qui maintenant nous proposent des produits audacieux et de qualité, recherchés par les amateurs. C’est aussi ça savoir s’adapter. Bravo!


De nouvelles avenues

Les microbrasseries qui n’avaient qu’un permis d’artisan brasseur (et non industriel) n’avaient jusqu’à tout récemment pas le droit de vendre leurs bières sur les tablettes des détaillants. Avec une légère modification de la Loi 72, il est maintenant possible pour eux d’embouteiller (ou encanner) leurs produits, ce qui leur permet une meilleure visibilité en temps de pandémie. Comme on le sait, plusieurs autres modifications dans les lois (parfois désuètes) qui régissent l’alcool pourraient être apportées et je crois que des efforts seront mis dans cette voie dans les prochaines années.


Conclusion


Voilà une autre année qui se termine, espérons que 2021 sera plus clémente envers nous et que le dynamisme des microbrasseries de la province ne sera pas trop affecté négativement par la situation actuelle. Dans l’ensemble, et malgré tout, je suis assez confiant qu’il s’agit d’une industrie en croissance et que les consommateurs sauront encourager ces entreprises qui travaillent fort.  

J’aimerais encore une fois mentionner les autres réseaux sociaux utilisés par L’amateur de bière sur lesquels vous pouvez nous suivre. Sur Instagram, j’essaie de créer des publications alternatives (qui diffèrent des articles descriptifs du site internet) entre autres, alors n’hésitez pas à aller y jeter un coup d’œil. Sinon, vous pouvez également nous suivre sur l’application Untappd, afin d’avoir accès à des notes de dégustation plus brèves, en temps réel.   

Instagram : https://www.instagram.com/lamateurdebiere/

Unttapd : http://lamateurdebiere.com/nos-untappd/

J’ai d’ailleurs remarqué une augmentation du nombre de blogues de bières ou de pages dédiées à la bière de microbrasserie sur différentes plateformes ces derniers mois et années. Je ne peux pas tous les nommer ici mais j’aimerais terminer cet article en vous encourageant à aller les suivre, il est facile d’en trouver plusieurs en regardant la liste des pages suivies par vos pages de bières préférées (autant sur Facebook que sur Instagram). Il est toujours intéressant de consulter plus d’un avis sur l’appréciation des différentes bières de microbrasserie.


Sur ce, bonne année 2021!


Simon


Simon Rioux

Je suis originaire de Trois-Pistoles (oui comme la bière!) dans le Bas-Saint-Laurent, tout comme Manuel et Philippe. J’ai réalisé une maîtrise en anthropologie qui porte sur le thème de l’ancrage régional des microbrasseries du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Mes premières expériences avec la bière de dégustation ont été avec celles que l'on retrouvait à la SAQ aux débuts des années 2010 (une sélection assez limitée donc) puis en boutiques spécialisées par la suite. Les styles que j’affectionne le plus sont les Saisons, les bières sauvages, les IPA, les Pilsners, les Lambics, les Barleywines, les Stouts, etc. J’aime bien ce qui est intense au niveau des saveurs, tout en ayant un faible envers ce qui est bien équilibré, mais je suis très ouvert et j’aime découvrir tout ce qui se fait peu importe le style. La plupart du temps, j’essaie de goûter à toutes les nouveautés qui s’offrent à moi.

Laisser un commentaire

L'amateur de bière
%d blogueurs aiment cette page :
Read previous post:
Papagayo de Brasserie Alpha

PapagayoDouble NEIPA8,2% alc/volCanette de 473 mlAlpha Voici maintenant la Papagayo, une autre IPA de la Brasserie Alpha. Il s’agit cette fois d’une Double NEIPA doublement houblonnée à froid...

Close