Munich : bière bavaroise et tradition brassicole

Munich : bière bavaroise et tradition brassicole
05 Sep 2016

Munich : bière bavaroise et tradition brassicole

 

Lors de notre passage en Allemagne au mois de juillet dernier, nous en avons profité pour visiter Munich et s’imprégner un peu de la culture brassicole bavaroise. Nous avons pu déguster plusieurs bières brassées par des brasseries munichoises que nous vous présenterons dans cet article. La seule expérience à laquelle nous n’avons pas pu assister, compte tenu du nombre de temps limité que nous avons passé dans la région, est celle du Biergarten («bière en plein air»), ces grandes tablées où tous se rassemblent autour d’une chope de bière de 1L. Ce sera pour la prochaine fois! Nous avons aussi visité le musée de la bière et de l’Oktoberfest de Munich, duquel il sera également question dans cet article! Ouvrez-vous donc une bonne bière d’inspiration allemande et préparez-vous à plonger avec nous dans cet univers!

 

Les brasseries traditionnelles munichoises

 

Plusieurs brasseries sont en activité dans la ville, et ce depuis plusieurs siècles pour la majorité. Les six brasseries les plus importantes constituent le «club» des brasseurs officiels de l’Oktoberfest : Augustiner, Hacker-Pschorr, Höfbräu Munchen, Löwenbräu, Paulaner, et Spaten.

Nous avons pu plus précisément découvrir en profondeur les bières de trois de ces brasseries : Augustiner, Paulaner et Hacker-Pschorr puisque leurs bières sont disponibles un peu partout dans les restaurants du coin. On voit très bien à travers leurs noms le passé monastique des brasseries et le bagage historique qu’ils transportent. Par exemple, la brasserie Augustiner a été fondée en 1328 par des moines Augustins. Pour Paulaner, ce sont des moines de l’ordre monastique François de Paule, les origines de la brasserie remontant à 1634, tout de même! Les bières de ces brasseries ne sont toutefois plus aujourd’hui brassées par des moines mais disent fièrement être toujours fidèles à la tradition.

 

Bier und Oktoberfestmuseum – Musée munichois de la bière et de l’Oktoberfest

 

20160723_125011   20160723_125025

Ce musée, comme son nom l’indique, retrace toute l’histoire des brasseries de Munich et de la culture brassicole bavaroise. On peut y observer plusieurs objets historiques comme de vieilles barriques provenant de brasseries importantes ou encore des chopes officielles de l’Oktoberfest. On y retrace également l’histoire de cette fête de la bière, véritable tradition qui se perpétue encore jusqu’à aujourd’hui.

 

20160723_130729   20160723_131309(0)   20160723_131004(0)

Un petit film juste avant de terminer nous explique aussi les procédés du brassage de la bière, nous y ventant la loi de pureté de 1487 (nommée Reinheitsgebot, adoptée en 1487 à Munich mais en 1516 ailleurs en Allemagne) qui dicte, mais aussi certifie, que les brasseries n’utilisent que de l’orge (du blé aussi évidemment pour les bières de blé), du houblon, de l’eau et de la levure dans le brassage de la bière, gage de qualité pour les allemands.

 

20160723_130627   20160723_131256   20160723_131904

Bref, si vous passez dans la région nous vous conseillons fortement d’aller en faire la visite! Celle-ci permet de vraiment bien comprendre l’histoire brassicole et le contexte dans laquelle la bière est brassée en Allemagne, hier et aujourd’hui.

 

20160723_134820  20160723_134805

Tout de suite après le musée de la bière et de l’Oktoberfest, nous sommes allés dans une taverne à-même l’endroit dans laquelle les bières de la brasserie Augustiner étaient mises en vedette. Difficile d’avoir l’heure juste quant aux styles de bières servis en discutant avec les gens qui travaillent dans cet établissement. Les bières sont nommées par couleurs («dark beer», «pale beer», «blond beer, stronger than the other», etc.) et rarement par style. Difficile d’obtenir plus de détails sur les bières également, comme si la réponse à toute question référant aux styles et aux saveurs des bières étaient évidentes ou peu pertinente à demander. Un peu comme s’il fallait goûter sans se poser de question, ce qui est plutôt ardu en tant que beer-geeks américains! Nous avons donc dégusté quelques bières de la brasserie Augustiner à cet endroit, nous y reviendrons un peu plus tard dans la section «dégustation» de cet article!

20160722_210937   20160724_183954

La majorité des autres bières de Paulaner, Hacker-Pschorr et Augustiner que nous avons goûtées ont été dégustées dans des restaurants qui mettaient en vedette une brasserie ou l’autre. Niveau bouffe, je ne m’y attarderai pas trop mais c’est toujours aussi excellent! Il faut toutefois apprécier les saucisses et la choucroute car ici on en mange à la tonne!

 

Les styles de bières

 

Avant toute chose, j’aimerais faire bref un survol des styles de bières qui peuvent habituellement être dégustées à Munich. Voici les principaux styles que la plupart des brasseries présentées précédemment produisent :

Pilsner : Un style de Lager pâle d’inspiration tchèque, possédant une texture croustillante et des notes de pain frais, de miel et de fleurs, avec une finale légèrement houblonnée.

Helles : Ce type de bière ce rapproche beaucoup de la Pilsner mais est typique à la région bavaroise. En général, elle peut être un peu plus céréalière, un peu plus fruitée et moins houblonnée. C’est également une Lager pâle, dont l’indice de buvabilité s’avère être très élevé!

Hefeweizen ou Weissbier : Ce sont les bières de blé allemandes (les «blanches» si vous préférez). «Hefe» signifie levure, laquelle développe des notes de banane, de girofle et parfois de gomme balloune caractéristiques. «Weizen» désigne le mot «blé» en allemand. La céréale apporte des saveurs de pain de blé et une légère onctuosité.

Dunkelweizen : «Dunkel» veut dire «sombre» ou «foncé». Il s’agit donc de la version sombre des Hefeweizen, une bière de blé brassée avec des grains rôtis, en d’autres mots.

Bock ou Heller Bock : Ce sont des bières très maltées qui mettent très peu d’accent sur le houblon. Leur profil de saveur est donc souvent un peu sucré.

Doppelbock : La Doppelbock est la version plus maltée, plus sucrée et plus forte en alcool de la Bock. La Maximator d’Augustiner et la Salvator de Paulaner en sont des exemples qui possèdent une excellente réputation, lesquelles nous n’avons malheureusement pas eu la chance de goûter. Note que la plupart des Doppelbock se terminent par «ator», ce qu’a entre autres essayé de recréer les Brasseurs du Temps avec leur Doppelweizenbock la DumDuminator.

Märzen : Ce sont les bières officielles de l’Oktoberfest. Brassée en mars (d’où son nom) pour être servie en octobre, elle arbore une couleur cuivrée et propose des saveurs de caramel et de grains légèrement rôtis.

 

Il existe bien sûr d’autres styles de bières allemandes mais ceux-ci sont les principaux qui sont brassés à Munich!

 

La dégustation

 

20160723_134858

Augustiner Dunkel
Dunkelweizen
5,6% alc/vol
500 ml, en fût
Brasserie Augustiner

Voilà la bière qui m’a été servie lorsque j’ai acquiescé pour prendre une pinte de «Dark» sans trop savoir de quoi il s’agissait. Au final, «Dark» est littéralement la traduction de «Dunkel» qui signifie «sombre» alors d’un côté ça fait du sens! J’ai donc été bien content de réaliser qu’il s’agissait d’une Dunkelweizen, une bière de blé sombre. Des notes de pain grillé et des accents de caramel parsèment mes gorgées. La texture, excepté la légère onctuosité du blé, est très mince rendant le breuvage extrêmement facile à boire : les allemands sont bien connus pour leurs bières désaltérantes au possible!

 

 

20160723_141140Augustiner Pils
Pilsner
5,6% alc/vol
330 ml, en fût
Brasserie Augustiner

Manuel pour sa part a opté pour la Pilsner d’Augustiner. Nous avons remarqué qu’en Allemagne les Pilsner sont toujours servies en verres de format de 330 ml, impossible d’obtenir une pinte de ce type de bière! Ce fût donc une excellente Pilsner, les céréales se font bien croustillantes, des notes de citron, de miel, de fleurs ainsi qu’un houblon herbacé délicat agrémente le tout. C’est une bière de soif incroyable, avec des nuances très intéressantes!

 

20160723_141210Augustiner Weissbier
Hefeweizen
5,4% alc/vol
500 ml, en fût
Brasserie Augustiner

Voilà une excellente Weizen! Celle-ci rappelle beaucoup le girofle, la gomme balloune et la banane. La texture est moelleuse au possible grâce au blé. Encore une fois, c’est un étanche-soif incroyable!

 

 

 

20160724_175909Hacker-Pschorr Hefe Weisse
Hefeweizen
5,5% alc/vol
500 ml, en fût
Brasserie Paulaner

C’est la seule bière présentée dans cet article qui est disponible au Québec (en SAQ), et si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille fortement de la découvrir! En autant que vous soyez moindrement en bières de blé (blanches) allemandes il serait surprenant que vous n’appréciez pas! Dès que j’en ai eu la chance j’ai donc tenté l’expérience en fût! Bien sûr le tout semble extrêmement frais (pain frais, blé très frais et texture légèrement onctueuse) mais la version bouteille est tout de même très bien si on les compare. Des notes de banane, d’épices comme le girofle se démarquent. À mon humble avis, une grosse référence en ce qui a trait style Hefeweizen.

 

Hacker-Pschorr Dunkle Weisse20160724_182758
Dunkleweizen
5,3% alc/vol
500 ml, en fût
Brasserie Paulaner

Je poursuis avec la version sombre de la Hefe Weisse. Il s’agit d’une Dunkelweizen et elle s’avère être très bien dans le style. Des accents de chocolat, de caramel, de grains rôtis (etc.) ici et là. Une texture moelleuse à cause du blé. C’est un style que j’apprécie de plus en plus car pour être honnête je trouvais à la base un peu étrange le mixte de saveurs entre la banane, le girofle et les grains rôtis. Par contre, les Dunkelweizen allemande sont vraiment excellentes et bien réalisées!

 

 

20160724_191012Hacker-Pschorr Edelhell
Helles
5,5% alc/vol
500 ml, en fût
Brasserie Paulaner

Cette bière ressemble beaucoup à une Pilsner. Toutefois je dirais que la finale houblonnée est moins tranchante (même si celle de la Pilsner est déjà relativement délicate). Il y a aussi un côté malté mielleux et des notes fruitées un peu plus proéminentes. Ça reste tout de même une bière pâle de soif sèche et très agréable à boire dans un bock!

 

20160725_190023Paulaner Premium Pils
Pilsner
4,9% alc/vol
330 ml, en fût
Brasserie Paulaner

Au même titre que la Pilsner d’Augustiner, celle de Paulaner est hyper rafraîchissante. Des notes de miel, de céréales, de fleurs se démarquent. Un houblon citronné et gazonneux couronne le tout en finale. Rares sont les Pilsner québécoises qui se rapprochent de ces interprétations allemandes (quoi que dernièrement on s’améliore beaucoup dans ce style!).

 

 

Paulaner Hefe-Weißbier20160724_204611
Hefeweizen
5,5% alc/vol
500 ml, en bouteille
Brasserie Paulaner

Cette Weizen a été une belle surprise. Nous l’avons acheté à la réception de l’auberge où nous résidions à Munich et à travers plusieurs bières quelconques, ce fût le petit bijou qui s’est démarqué (en plus de la suivante que je présenterai)! Donc, au nez, c’est très poivré et épicé, beaucoup d’arômes de girofle également. Quelques notes de pêche et d’abricot. En bouche, la levure est très présente mais bien dosée. Il y a une touche fruitée, les saveurs de banane et de gomme balloune sont toutefois un peu plus modérées que chez d’autres Weizen. Honnêtement c’est excellent, unique en son genre en ce qui a trait au dosage des différentes saveurs retrouvées!

 

20160722_221145Franziskaner Weissbier
Hefeweizen
5% alc/vol
500 ml, en bouteille
Brasserie Spaten-Franziskaner

Voilà une autre superbe Weizen allemande que nous vous conseillons de découvrir si vous allez en Allemagne. La levure est très expressive, développant des notes fruitées qui évoquent la pêche, la poire ou la banane. Un bouquet d’épice rappelle tour à tour le poivre, le gingembre, la cannelle ou le girofle. Il y a une finale avec des notes de gomme balloune, puis de céréales légèrement sucrées, de blé, de miel… Très bon dans le style! La Franziskaner a également été achetée à la réception de notre auberge, comme quoi parfois il ne faut pas chercher trop loin pour trouver de petits trésors!

 

 

Conclusion

 

Je dirais que ce qui m’a surpris le plus pendant cette escale à Munich est de constater à quel point les brasseries bavaroises sont fidèles à leur tradition et tiennent à celle-ci. Les six brasseries de Munich sont fières de brasser encore aujourd’hui leurs bières selon la loi de pureté Reinheitsgebot. J’avais l’impression qu’il s’agissait en quelque sorte d’un folklore brassicole qui s’était éteint ou auquel on ne se référait plus vraiment alors qu’au contraire il est bien vivant et estimé, considéré comme un gage de qualité. Autre chose, impossible d’obtenir une Märzen (bière de l’Oktoberfest) à ce temps-ci de l’année, celle-ci est, selon la plus pure tradition, brassée en mars pour être exclusivement servie en octobre jusqu’à épuisement des stocks. Et c’est toujours comme ça aujourd’hui, impossible de déroger à la tradition! Comme on l’a laissé entrevoir dans l’article sur les Altbier de Düsseldorf, et c’est toujours vrai à Munich, on ne rigole pas avec la tradition en Allemagne!

 

Simon

share

Simon Rioux

Je suis originaire de Trois-Pistoles (oui comme la bière!) dans le Bas-Saint-Laurent, tout comme mes deux comparses. Je suis présentement étudiant en anthropologie à l'université. Mes premières expériences avec la bière de dégustation ont été avec celles que l'on retrouve à la SAQ. Les styles que j’affectionne le plus sont les Stouts, les Saisons, les IPA, les Barleywines, etc. J’aime bien ce qui est intense au niveau des saveurs, tout en ayant un faible envers ce qui est bien équilibré, mais je suis très ouvert et j’aime découvrir tout ce qui se fait peu importe le style. La plupart du temps, j’essaie de goûter à toutes les nouveautés qui s’offrent à moi.

Laisser un commentaire

L'amateur de bière
%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
La Perruche du Corsaire

La Perruche Witbier aux baies de sureau 4,6% alc/vol Cannette de 473 ml Le Corsaire   J’ai réalisé que je n’avais jamais goûté à la Perruche standard du...

Fermer