Revue de l’année 2021 dans le monde microbrassicole québécois

Revue de l’année 2021 dans le monde microbrassicole québécois
31 Déc 2021

Introduction


C’est déjà la sixième année que je me prête à cet exercice de la revue brassicole de l’année et la septième année d’activité de ce site internet! Je peux vous dire que pendant tout ce temps, le monde microbrassicole québécois a subi une évolution vraiment fulgurante, que ce soit au niveau du nombre de microbrasseries dans la province, des tendances ou du développement des styles de bières… C’est pour dire, des styles que nous prenons maintenant pour acquis et qui sont très communs tels que la NEIPA n’existaient tout simplement pas encore lorsque nous avons commencé à écrire sur la bière. Je me souviens encore de l’apparition des premières bières sures en bouteille, de l’époque où on retrouvait peu de bières barriquées, de la courte popularité de la Black IPA, de la Brut IPA, d’un monde brassicole presque dénué de Lagers de qualité, d’un moment où il encore était humainement possible de goûter à toutes les nouveautés en bouteille…

Aujourd’hui, nous sommes vraiment choyés en termes de diversité au niveau brassicole, il y en a vraiment pour tous les goûts et la bière de microbrasserie est plus facile d’accès que jamais, et ce, partout à travers le Québec. C’est un monde de découverte imposant, qui s’inspire des traditions brassicoles de partout sur la planète tout en faisant preuve d’une énergie créative remarquable. Notre site est donc en constante évolution, tentant de s’adapter aux réalités brassicoles du moment.

Je tiens à remercier tous les artisans, artisanes, acteurs et actrices du milieu brassicole (en microbrasseries, détaillants spécialisés, restaurants, bars à bières…) pour leur énorme dévotion, surtout en ces temps difficiles et incertains. On ne vous remercie jamais assez. Si vous en avez les moyens, je vous invite à continuer d’encourager vos microbrasseries et établissements favoris pendant le confinement, plusieurs proposent des alternatives comme des repas et bières à emporter.

Avant de débuter, je rappelle que cette revue ne se veut pas nécessairement exhaustive et qu’elle reflète simplement mes observations et réflexions en tant qu’amateur de bière et observateur de ce monde passionnant et en pleine effervescence. Si votre microbrasserie favorite n’y est pas mentionnée, n’hésitez pas à me la recommander dans la section commentaire ci-dessous 😉


1. Les microbrasseries qui ressortent du lot


BreWskey, Bas-Canada et Messorem Bracitorium

Depuis les deux dernières années, ce sont toujours ces trois microbrasseries qui reviennent. Ce sont celles qui encore cette année établissent les dernières tendances et nourrissent le « hype ». Pour le commun des amateurs de bière qui ne court pas les « releases », les bières de ces microbrasseries demeurent peu accessibles étant donné la distribution presque inexistante. Je n’ai pas dû boire plus que deux ou trois Bas-Canada en 2021 par exemple, en contrepartie j’ai eu la chance de déguster plusieurs BreWskey. Malgré tout, on ne peut pas passer à côté de ces trois microbrasseries qui demeurent extrêmement populaires et qui sortent des produits innovateurs et de qualité toujours croissante. Je ne peux passer sous silence également un événement comme le release du mois de juillet dernier chez Messorem Bracitorium, où certains amateurs ont dû patienter en file plusieurs heures (jusqu’à 6 ou 7 heures) afin de mettre la main sur les bières du moment, signe incontestable du « hype » vraiment énorme dont jouissent certaines de ces brasseries.


Sir John

Je n’ai pas eu la chance de goûter à plusieurs des bières de Sir John mais la plupart de celles que j’ai essayé étaient vraiment intéressantes! On est encore une fois surtout dans les styles très populaires (NEIPA, sures fruitées et compagnie…) mais ils sont pour la plupart vraiment bien réussis ou encore plutôt originaux.


Le Ketch

Cette microbrasserie très prometteuse possède toujours une distribution assez locale. J’ai pu apprécier plusieurs de leurs produits dernièrement et plusieurs d’entre eux étaient vraiment réussis! Les bières bien houblonnées semblent être leur plus grande force mais certaines autres bières étaient également surprenantes (je pense par exemple à leur Stout au café ou encore à leurs différentes bières sures fruitées).


Silo

La microbrasserie Silo se spécialise surtout dans les Lagers et les différents autres styles européens connexes, et elle le fait avec brio! Je n’ai encore une fois pas dégusté des tonnes de produits de leur part mais certaines bières comme leur Altbier ou leur Kölsch sont vraiment dignes de mention si vous êtes fan du style.


L’Amère à Boire

Je n’avais goûté à aucune bière de L’Amère à Boire avant cette année mais je connaissais leur excellente réputation. Depuis qu’ils nous proposent des produits en canette (il faut savoir se réinventer en temps de pandémie!) j’ai pu mettre la main sur plusieurs bières que j’ai beaucoup aimé. Campée principalement dans les styles européens traditionnels (et surtout dans la tradition tchèque), cette microbrasserie est vraiment à suivre si vous appréciez ce créneau qui n’est toujours pas des plus représentés au Québec actuellement.


EXP Artisan Brasseur

Une autre belle découverte cette année! En période estivale, j’ai trouvé vraiment efficace les IPA qu’on nous proposait : aromatiques à souhait et à la texture onctueuse sans trop de sucre. J’ai bien hâte de voir (boire?) ce que le futur réserve à EXP!


Beauregard

C’est cette année que j’ai trouvé que la microbrasserie Beauregard a vraiment trouvé son créneau. À toutes les quelques semaines, on nous proposait un nouveau Pastry Stout ou Stout impérial avec un concept différent, tentant souvent d’imiter une pâtisserie ou un dessert en particulier. Non seulement la plupart de ces bières étaient vraiment délicieuses, mais elles arrivaient à la fois à démocratiser les Stouts très sucrés en les rendant plus largement accessibles, sur un marché où il n’y en a toujours pas des tonnes qui sont disponibles en tout temps.


BG Brasserie Urbaine

BG Brasserie Urbaine poursuit sur sa bonne lancée des dernières années, c’est fou tout le chemin parcouru depuis leur ouverture en tant que Brasserie Générale il y a 8 ans! En 2021, ils nous ont encore une fois proposé des produits actuels et de bon calibre, malgré que je ne sois pas arrivé à mettre la main sur plusieurs des bières dont j’ai entendu beaucoup de bien (je pense entre autres à leurs Cerisvski et Frambovski qui avaient l’air excellentes).


Les mentions spéciales

Voici quelques microbrasseries qui me semblent prometteuses mais que dont je n’ai malheureusement pas goûté assez de bières pour me faire une idée précise. Ce sera à remédier en 2022 et je vous encourage à les suivre si ce n’est pas déjà fait :

La Ferme Brasserie Rurale, Lagerbräu, Toltèk, Nano Cinco, Brett & Sauvage, Canton Brasse, Kahnawake Brewing, 5e Baron, Mellön et probablement bien d’autres!


2. Les tendances et événements marquants


Je vois un peu l’année 2021 comme l’extension de l’année 2020 dans le sens où il ne semble pas y avoir eu de nouvelles tendances à part entière, mais plutôt une accentuation de celles qui avaient déjà débutées l’an passé. En voici quelques-unes…


NEIPA, Pastry Stouts et Smoothies

Ces trois styles sont toujours extrêmement populaires actuellement. La NEIPA est le style phare de plusieurs microbrasseries et les déclinaisons avec différents houblons ne cessent de s’enchaîner! Le Pastry Stout est de plus en plus démocratisé, et de plus en plus retrouvé sur les tablettes des détaillants spécialisés, certaines microbrasseries en produisant plus d’une version. La Smoothie Sour est toujours à l’heure actuelle peu accessible car surtout brassée par des microbrasseries qui ne distribuent pas, ou peu. Le risque d’explosion de la canette chez les Smoothies (dû à la pression créée par la fermentation de la grande quantité de purée de fruit qu’elle contient) a aussi fait jaser et est souvent vu négativement par différents acteurs de la scène brassicole.


Lagers de qualité, Lagers automnales

Ce n’est peut-être que parce que je suis fan de ce genre de bière, mais j’ai remarqué cet automne un engouement légèrement plus marqué pour les différents types de Lagers dorées ou cuivrées. Des styles européens comme la Märzen (bière d’Oktoberfest), la Kellerbier,

On sait que la bonne Lager en général convertit de plus en plus de fidèles et j’encourage les microbrasseries à poursuivre dans cette voie! On veut plus de Kölsch, Helles et autres Pilsners « crisp » à souhait!


Le cas du Seltzer

Même si ce n’est pas de la bière à proprement parler, je ne peux passer sous silence la popularité des Seltzers cet été, ces eaux pétillantes alcoolisées et aromatisées, d’abord parce que les marques industrielles sont un compétiteur direct aux bières de microbrasserie aux yeux du consommateur moyen, mais aussi parce qu’il s’agit d’un créneau qui sera probablement exploité par certaines microbrasseries prochainement (bien que l’offre ne soit toujours pas très développée, on peut penser au Seltzer fraise et menthe du Naufrageur ou encore aux différentes Eaux de Mort produites par Messorem Bracitorium). Personnellement, c’est un type de breuvage que je ne déteste pas du tout, surtout en période estivale, et je serais enthousiaste de voir des initiatives plus locales et naturelles émerger.


De plus en plus de détaillants

La bière de microbrasserie est plus facile d’accès que jamais! Il y en a à l’épicerie du coin, chez les grandes bannières, au poste d’essence… Tous les petits villages possèdent au moins un point de vente où l’on retrouve une sélection plus moins grande de bières brassées localement. L’émergence des commerces spécialisés Tite Frette s’ajoute également à cette offre, en plus des DBSQ (Détaillants de bières spécialisés du Québec) et autres détaillants spécialisés en bière de microbrasserie. Pour le consommateur, il est toujours plaisant d’avoir accès facilement à une variété de produits. Par contre, cela peut engendrer différentes problématiques telles que des bouteilles et canettes qui restent trop longtemps sur les tablettes (à température pièce bien souvent), une impression de sélectionner ses produits à l’aveugle pour le consommateur moyen ou encore une trop grande représentation de microbrasseries qui mettent de l’avant une stratégie de mise en marché agressive. Il reste qu’on n’est jamais aussi bien servi que chez un détaillant spécialisé, ou chez un commerce avec un conseiller qui s’y connaît, peu importe sa bannière.


De nouvelles images de marque

J’ai remarqué également cette année que plusieurs microbrasseries ont changé ou rajeunit leur image de marque. Parmi d’autres, je pense à Dieu du Ciel! qui a presque entièrement modifié ses illustrations ou encore BG Brasserie Urbaine qui a carrément changé de nom (anciennement Brasserie Générale) et qui propose des produits de plus en plus actuels. Que l’on apprécie ou non ces différents changements, il reste qu’ils sont symptomatiques (sans connotation positive ou négative) d’un marché en pleine évolution et dans lequel il est de plus en plus nécessaire de se démarquer sur les tablettes et dans les yeux du consommateur.


La spécialisation des microbrasseries

Ce phénomène était déjà amorcé les années précédentes, mais présentement il est plus clair que jamais que certaines microbrasseries se spécialisent dans certains types de bières. Pour ne nommer que quelques exemples on peut penser à Beauregard avec les bières foncées, Brasserie Alpha pour les IPA, les Grands Bois pour les Lagers… On n’est plus du tout à l’époque où une microbrasserie devait exceller dans une large variété de style pour qu’elle soit respectée. Il n’est maintenant plus rare également de visiter des microbrasseries où la majeure partie du tableau est occupée par différentes déclinaisons d’un même style.


Des ingrédients spécifiques

On sait depuis longtemps que l’amateur de bière averti aime connaître les différents ingrédients qui composent sa bière et l’influence que ces derniers ont sur le goût final du breuvage. Sur les étiquettes, on retrouve souvent les types de houblons utilisés, mais on parle aussi de plus en plus des types de levures et des types de malts, et je trouve que c’est une très bonne initiative afin de mieux connaître notre breuvage favori, surtout dans un univers où il y a toujours des expérimentations et de la nouveauté. Dans le domaine des levures, il y avait la Kveik qui a jouit d’une certaine popularité. On voit aussi des mentions dernièrement de levures diastatiques (atténuantes, qui viennent assécher la bière, manger le sucre bref) et de la fameuse levure Hydra utilisée chez les Hydra IPA.


Conclusion

Le monde microbrassicole québécois ne cesse de se surpasser et de nous surprendre avec des brassins plus imaginatifs les uns que les autres. Avec la quantité de microbrasseries dans la province actuellement, on sent que les brasseurs doivent redoubler d’ardeur pour nous proposer des produits stables, bien travaillés et de qualité. Cela ne peut être que positif du point de vue du consommateur puisqu’on nivelle toujours vers le haut!

Pour ne rien manquer de nos dégustations, je vous invite à visiter le site internet régulièrement. Celui-ci est mis à jour fréquemment (au moins une fois par semaine) avec plusieurs articles. Je ne partage effectivement pas tous nos tests sur la page Facebook, question de ne pas surcharger le tout!

L’amateur de bière est aussi actif sur Instagram. J’essaie de publier du contenu alternatif, des dégustations, des bières qui m’ont surprises récemment ou encore des réflexions sur le monde microbrassicole : https://www.instagram.com/lamateurdebiere/

Finalement, pour suivre nos dégustations en temps réel et en format plus abrégé, vous pouvez consulter cette section du site internet pour avoir accès à nos comptes Untappd : http://lamateurdebiere.com/nos-untappd/

Sur ce, je vous souhaite sincèrement une heureuse année 2022, remplie de bonheurs brassicoles! Merci infiniment de nous suivre et de prendre quelques minutes pour nous lire, c’est toujours très apprécié. À la vôtre!


Simon


Simon Rioux

Je suis originaire de Trois-Pistoles (oui comme la bière!) dans le Bas-Saint-Laurent, tout comme Manuel et Philippe. J’ai réalisé une maîtrise en anthropologie qui porte sur le thème de l’ancrage régional des microbrasseries du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Mes premières expériences avec la bière de dégustation ont été avec celles que l'on retrouvait à la SAQ aux débuts des années 2010 (une sélection assez limitée donc) puis en boutiques spécialisées par la suite. Les styles que j’affectionne le plus sont les Saisons, les bières sauvages, les IPA, les Pilsners, les Lambics, les Barleywines, les Stouts, etc. J’aime bien ce qui est intense au niveau des saveurs, tout en ayant un faible envers ce qui est bien équilibré, mais je suis très ouvert et j’aime découvrir tout ce qui se fait peu importe le style. La plupart du temps, j’essaie de goûter à toutes les nouveautés qui s’offrent à moi.

Comments

  1. Merci Simon pour une autre revue de qualité. Mais si les bières barriquées ne sont non-plus nouvelles, elles connaissent aussi un essor spectaculaire. L’an dernier Au Toit Rouge de St-Jérôme j’avais une cinquantaine de facings pour ces bières. J’en ai maintenant plus du double. Et c’est avec grand plaisir que j’ai dégusté plus de 70 de ces bières cette année. Je suis particulièrement heureux de voir la qualité des styles européens classiques (Oud Bruin, Rouge des Flandres, Krieks, Old Ales anglaises, etc), mais aussi celle des bières en barriques de vin. Le Québec se positionne vraiment sur la scène internationale comme un leader en variété et en qualité.

  2. Bonjour Pierre, très intéressant!

    Depuis que je ne travaille plus en boutique spécialisée j’ai moins cette perspective du commerçant et c’est effectivement une tendance que je n’avais pas remarquée!

    Merci du commentaire et des bons mots 🙂 Cheers!

  3. Bonjour ! je viens juste vous souligné la présence depuis 2 ans de la micro brasserie LA FOSSE de Donnacona qui brasse d’excellente IPA et avec qui les brasseries s’associe de plus en plus pour faire des collaborations ( NOCTEM 2 fois ,L’AMPORIUM ,EXP BRASSEUR ARTISAN , L’ESPACE PUBLIC et j’en passe ) je dirais que pour la FOSSE on se spécialisent dans les IPA ( il doivent en avoir plus de 12 ) et les bières sures ; la FOSSE a plus de 40 bières a son répertoire et toutes sont bonnes ; alors voila pour ma présentation de cette belle brasserie qui s’apprête au printemps 2022 de démarrer l’agrandissement de ses installations qui permettra enfin la distribution de leur produit dans un plus large rayon .

  4. Merci du commentaire! J’essaierai d’en goûter quelques-unes prochainement 🍻

Laisser un commentaire

L'amateur de bière
%d blogueurs aiment cette page :